Pourquoi notre air est-il pollué ?

Paru en novembre 2016

Partager

Roland Bourguet / ADEME

Quels polluants faut-il surveiller ?

Savez-vous qu'il existe des polluants naturels et des polluants artificiels ? Comment faire pour réduire ces pollutions ? 

Ce dossier vous explique tout !

Améliorer la qualité de l'air, c'est l'affaire de tous

Partager

Roland Bourguet © ADEME

Agir au quotidien !

Pour limiter la pollution de l’air, nous pouvons agir chaque jour ! Par exemple, en allant au collège ou au lycée à pied ou à vélo et en évitant d’utiliser une voiture, un scooter…bref, un moyen motorisé qui va émettre des polluants.

Dans notre vie de tous les jours, nous pouvons éviter d’émettre des polluants : par exemple, en jardinant, on évite les pesticides et ne brûle pas les déchets verts, on utilise plutôt les déchets verts pour faire du compost !

 

Les pouvoirs publics s’engagent

L’Etat a mis en place une série de mesures pour améliorer la qualité de l’air et notamment :

  • un « Programme national de réduction des émissions de polluants » qui instaure des quantités maximum d’émission pour le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote et les COV (composé organique volatil).
  • un Plan national santé environnement qui définit les mesures à mettre en place pour réduire : les émissions de polluants dont les particules fines dans l’air, la pollution des voitures particulières
  • des « Plans de protection de l’atmosphère » pour les villes de plus de  250 000 habitants ou dans les zones où les valeurs limites de polluants sont dépassées. Ils définissent les mesures pourque chaque secteur - transport, industrie, agriculture, commerces, bureaux, nous – nécessaires à la diminution de la quantité de polluants de l’air.
  • un Plan d'urgence pour la qualité de l'air qui vise à réduire les émissions liées aux transports et aux chauffages au bois industriels et individuels, très fortement émetteurs de polluants. Ce plan a également pour objectif de faire évoluer les mentalités et notamment le recourt au vélo et à la marche pour éviter d’utiliser un véhicule motorisé qui va polluer.

Pour certains polluants, l’Etat a aussi mis en place plusieurs actions spécifiques, comme le plan « Particules » qui vise notamment à réduire d’ici 2015 de 30 % les particules fines présentes dans l’air.

Et les industriels aussi

Pour préserver la qualité de l’air que l’on respire, l’Etat a mis en place une réglementation spécifique pour les industriels : le principe du polleur-payeur. Ainsi, depuis 1999, les industriels - qui polluent - paient la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP). Et plus leurs activités polluent, plus la taxe est élevée pour dissuader au maximum la pollution !

En plus, depuis 2004, les 110 plus gros émetteurs de COV doivent mettre en place des mesures d’urgence (pouvant aller jusqu’à l’arrêt de leurs activités) en cas de pic de pollution.

Un plan d’action pour lutter contre la pollution de l’air a également été annoncé en 2015. Son objectif est de « rendre les villes respirables d’ici 5 ans ». Pour cela, il est nécessaire de mobiliser tous les acteurs et notamment en encourageant les élus à s’engager et en aidant, financièrement, les utilisateurs de véhicules propres.

Pour en savoir plus :