Les bons gestes des vacanciers à la montagne

Partager

0 Commentaire
Lire le descriptif détaillé (PDF - 69.09 Ko)

Partir en train plutôt qu'en voiture

Le transport des voyageurs est la principale source d’émission de gaz à effet de serre (GES) pendant la saison des sports d’hiver (source : « l’Écoguide des stations » de Mountain Riders).

En moyenne, ces émissions proviennent de :

  • nos déplacements en voiture ou en avion (à 57 %) ;
  • notre chauffage et notre électricité (27 %) ;
  • notre activité : le ski ! (à seulement 2 %).

 

Choisir un hébergement écologique

Dans toutes les stations, on peut trouver des hébergements labellisés, notamment ceux dotés de l’Écolabel européen.

À noter que 350 hébergements touristiques sont certifiés Écolabel européen en France (hôtels, centres d’hébergement, résidences hôtelières, campings).

Ecolabel européen Choisir un tel hébergement, c’est s’assurer que :

  • au moins 50 % de l’électricité provient de sources d’énergies renouvelables ;
  • la consommation d’eau pour les robinets et les douches est réduite ;
  • les ampoules sont basse consommation ;
  • le personnel est formé aux gestes qui visent à protéger l’environnement ;
  • tous les déchets sont triés afin de faciliter leur recyclage ;
  • le conditionnement en doses individuelles des produits servis au petit déjeuner est limité ;
  • pour éviter tout gaspillage, un suivi des consommations est réalisé.

L'Écolabel expliqué en vidéo sur Consomag « Tourisme : les écolabels »

Réduire et bien trier ses déchets

Continuez à trier les déchets en respectant bien les consignes de tri de la commune de vos vacances. Attention, ce ne sont peut-être pas les mêmes consignes qu’à la maison !

Pour mieux comprendre le problème des déchets à la montagne, découvrez la vidéo du Tatou !

 

Les mountain days pour ramasser tous les déchets "oubliés"

Depuis 2015, l’association Mountain Riders organise les Mountain Days. Ainsi de mai à septembre, des journées de ramassage de déchets en montagne sont organisées. Cette mobilisation a permis par exemple en 2015 de ramasser 51 tonnes de déchets (soit plus 1/3 des déchets jetés en montagne) sur 105 sites.

Envie d’en savoir plus ? Consultez le site de l'association !

D’autres acteurs se mobilisent aussi pour protéger les montagnes comme l’association Du flocon à la vague.

Des conseils pour du matériel et des activités moins polluantes

  • louez votre matériel plutôt que de l’acheter, surtout si vous pratiquez le ski une seule fois par an. Sinon, privilégiez les équipements éco-conçus, vérifiez les étiquettes et les conditions de fabrication des produits. Certains sont issus de matériaux recyclés ou écologiques (équipements, vêtements, sacs à dos…). Pour plus d’informations,consultez l’écoguide du matériel de montagne de Mountain Riders (PDF - 19.29 Mo)  ;
  • respectez les espaces protégés et les zones sensibles délimités pour préserver la tranquillité des animaux sauvages ;
  • optez pour des loisirs « zéro impact » : raquettes, luge, patinage en plein air, etc. Vous pouvez aussi devenir un « éco Rider » en vous inscrivant dans une école de ski agréée.

Et le soir, de retour chez soi :

  • ne chauffez pas trop votre logement pour économiser de l'énergie ;
  • préparez des repas avec des produits de saison et venant des producteurs locaux ;
  • attention à ne pas trop allumer la cheminée. Une cheminée ouverte, c’est sympa pour l’ambiance, mais ça ne restitue qu’à peine 10 % de la chaleur ! Si on brûle du bois humide ou traité (un vieux meuble par exemple), cela émet de nombreux polluants. Sans parler des magazines jetés dans le feu, qui font de belles flammes de toutes les couleurs, mais qui libèrent des substances nocives. Les vallées montagneuses sont particulièrement exposées à la pollution atmosphérique provoquée par l’usage important du chauffage au bois et le passage quotidien de camions de transports (par exemple la vallée de l’Arve qui conduit au tunnel du Mont Blanc).

Commentaire (0)