Notre consommation énergétique et son impact au niveau environnemental

Partager

Jean Paul HOUDRY / ADEME

Trop de mail c’est trop d’impact environnemental !

Chaque minute, plus de 200 millions de mails sont envoyés dans le monde. Pour envoyer un mail, on utilise un ordinateur ou un smartphone et un réseau internet qui consomment beaucoup plus d’électricité que ce que l’on imagine !

Les impacts environnementaux de nos mails sont principalement liés à la fabrication des ordinateurs et à la consommation électrique des serveurs. Ils sont fabriqués avec différents matériaux : plastiques, acier, métaux rares comme le cuivre, l’or, l’argent… qui s’épuisent.

En fonction du nombre moyen de mails qu’un ordinateur va envoyer dans sa vie, on peut évaluer l’impact environnemental d’un mail. L’envoi d’un mail d’1 Mo c’est comme allumer une ampoule de 15 W pendant un peu plus d’une heure et demie. Ou bien émettre 20 g de CO2. C’est aussi consommer 6 g de pétrole ou 7,5 g de fer (7,5 g, c’est le poids d’une pièce de 1 €).

Une recherche raisonnée

Aujourd’hui, nous trouvons énormément d’information sur Internet et chaque internaute français (la très large majorité de la population) effectue plusieurs milliers de recherches sur Internet par an.

Mais nos recherches en ligne ont des impacts environnementaux ! Une simple recherche web consomme autant d’énergie qu’une ampoule 15 W allumée pendant un quart d’heure ! Pire, si l’on passe par un moteur de recherche (qui affiche 5 résultats), c’est comme consommer 0,8 g de pétrole, ou émettre 10 g de CO2 et consommer 5,5 g de fer.

En allant directement sur un site, sans passer par un moteur de recherche, on réduit par 4 les émissions de gaz à effet de serre. Vu le nombre de recherches par jour dans le monde, notre consommation énergétique sera fortement diminuée !

Les serveurs consomment de l’énergie

Notre vie en ligne consomme beaucoup d’énergie. Pour nos ordinateurs ou tablettes, nos envois de mails ou nos recherches, mais également pour les « centres de données », les serveurs, qui recensent l’énorme quantité d’information (vidéo, animation, site web…) que nous pouvons stocker et chercher.

En plus, il a fallu de l’énergie et des matières premières pour fabriquer ces serveurs. Il faudra également de l’énergie pour les traiter et les recycler.