Avoir un impact et innover, quel que soit son métier

Partager

Plus d’infos dans la vidéo « La transition énergétique, c’est du boulot ! »

Métiers verts ou verdissants : quelle différence ?

Les emplois de l’économie verte concernent directement près de 4 millions de personnes (chiffres « notre-environnement.gouv.fr », 2017). Seulement 142 000 d’entre elles (soit 0,5 % !) exercent un métier dit « vert », qui vise à protéger l’environnement.

Les autres occupent en réalité un métier dit « verdissant », c’est-à-dire un métier qui existe déjà depuis longtemps mais dont les compétences évoluent ou seront amenées à évoluer pour intégrer les enjeux environnementaux.

Retrouvez plus d’infos dans le dossier « Demain je choisi un métier vert »

Dans les métiers dit « verts », on retrouve une grande majorité de postes qui concernent la production et la distribution d’énergie, d’eau, l’assainissement et traitement des déchets. On trouve aussi des métiers liés à la protection de la nature (agent technique forestier, garde des espaces naturels…) et de l’environnement (technicien de l’environnement et du traitement des pollutions, ingénieur et cadre technique de l’environnement…).

Ces métiers peuvent paraitre très spécifiques et inaccessibles si votre formation initiale n’est pas axée dans un de ces domaines, mais pas d’inquiétude, beaucoup d’autres métiers moins spécifiques sont adaptables et tout aussi utiles à la protection de la planète ! C’est notamment le cas des métiers du bâtiment, des transports, de l’industrie, de la recherche-développement, de l’agriculture, du tourisme, des achats, du conseil…

Un exemple avec l’architecture et le bâtiment, qui sont en pleine transition. Que cela soit pour la rénovation des bâtiments, la mise en place de mesure d’efficacité énergétique, ou la construction avec de nouvelles méthodes et matériaux.

Voici quelques exemples d’articles et de témoignages sur la construction de bâtiments écologiques :

Découvrez le catalogue des formations pour travailler dans ce domaine

L’écoconception, une nouvelle manière d’aborder les métiers de la production

Notre façon de produire et de consommer a de lourdes conséquences pour la planète. Par exemple, les ¾ des impacts environnementaux d’un smartphone sont liés à sa fabrication. De nombreuses entreprises cherchent aujourd’hui à limiter leurs impacts en optimisant et en repensant leur processus. C’est là que l’écoconception entre en jeu : penser dès la fabrication au cycle de vie d’un produit, sa longévité, les matières utilisées (recyclées et recyclables), sa réparabilité et son recyclage.

Pratiquer un métier lié à l’écoconception, c’est donc favoriser l’innovation pour réduire au maximum les impacts de nos modes de vie sur la planète. C’est inventer tous les jours le monde de demain.

Schéma du cycle de vie d'un produit.

Télécharger le descriptif du schéma (PDF - 113.76 Ko)

Voir la video « Écoconception, de quoi parle-t-on ? »

L’Économie sociale et solidaire pour un monde plus solidaire

L’Économie sociale et solidaire (ESS), ça vous parle ? Ce sont des entreprises organisées sous forme de coopératives, mutuelles, d’associations ou de fondations, dont le fonctionnement et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et de vocation sociale. Ce secteur représente plus de 2 millions de salariés, 164 000 entreprises et plus de 5 000 créations d’entreprises chaque année.

Car oui, l’innovation n’est pas que technologique, elle peut aussi être sociale !

En savoir plus sur les métiers de l’ESS

Vous pouvez intégrer une activité liée à l’économie sociale et solidaire dès votre scolarité. Retrouvez toutes les ressources en ligne pour monter un projet solidaire.

Vous êtes étudiants ? De nombreuses formations sont désormais proposées pour travailler dans l’ESS :

Quels secteurs sont les plus innovants ?

Tous les métiers vont continuer à évoluer pour répondre à la nécessité de mieux protéger la planète. Plus récemment les métiers du numériques sont en train d’évoluer pour un impact moindre sur l’environnement, laissant la place à de nombreuses pistes d’innovation.

Voir le guide du numérique responsable

D’autres manières de s’engager

Tout au long de sa vie professionnelle, des reconversions sont possibles.

On peut aussi trouver des manières d’innover même si son métier n’est pas vert, verdissant, ou à vocation sociale.

Par exemple, quand on est salarié, le bénévolat de compétences permet de mettre gratuitement un savoir-faire à la disposition d’une association de solidarité le temps d’une mission. Donc ce que vous savez faire à travers votre métier, vous pouvez le transmettre pour des causes écologiques ou sociales !

Et bien sûr il est possible de s’engager dans une association ou un projet externe à son travail tout au long de sa vie et d’acquérir de nouvelle compétences qui seront souvent très appréciées des entreprises.

Le CV citoyen permet d’ailleurs de valoriser ses compétences lors de bénévolat.