Comment s'alimenter de façon plus durable ?

Partager

Terre-écos Audrey Zeller/ADEME

Pour nous, consommateurs, il existe plusieurs manières de limiter l’impact de notre alimentation sur l’environnement. Et quand c’est bon pour l’environnement, c’est aussi bon pour notre santé !

Plus de légumineuses dans nos assiettes !

Remplacer les protéines animales par des protéines végétales à certains repas est une des solutions pour réduire l’impact de notre alimentation.

C’est quoi des légumineuses ? Riches en protéines, les pois secs, les lentilles, les fèves, les haricots secs, le soja… sont des légumineuses.

Avons-nous besoin d’autant de protéines ?

Pour avoir une alimentation équilibrée, nous avons besoin de manger des protéines : on en trouve notamment dans la viande, les produits laitiers, les œufs ou le poisson, mais également dans les céréales et dans les légumineuses.  Ces différentes sources peuvent être alternées dans le cadre d’une alimentation équilibrée et diversifiée.

Manger les produits de saison... à la bonne saison

Les fruits et les légumes produits hors saison sont généralement moins bons car ils n’ont pas reçu assez de soleil et de chaleur. Les fruits et légumes de saison sont de meilleure qualité et moins chers.

Coût en eau et énergie d’une tomate hors saison

Télécharger le descriptif détaillé (DOCX - 15,7 ko)

Voir le calendrier des ingrédients de saison (PDF - 2,60 Mo)

Consulter le site « Mes fruits et légumes de saison »

Éviter de consommer des produits qui ont parcouru la moitié de la planète avant d’arriver dans notre assiette, c’est possible ! Choisir des aliments produits localement permet en général de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports : l’avion impacte plus notre environnement que les camions et les bateaux.

Du producteur au consommateur, une idée qui retrouve une deuxième jeunesse

Avant le développement des grandes surfaces à la fin des années 60, il n’était pas rare d’aller chercher certains aliments directement à la ferme. Cette façon d’acheter les aliments est revenue en force ces dernières années. On appelle cela « un circuit court ». On achète directement au paysan producteur, par exemple sur un marché, ou à une organisation comme une Association pour le maintien de l’activité paysanne (AMAP).

Et le bio dans tout ça ?

Nous consommons de plus en plus de produits bio. L’Agriculture biologique garantit une production plus respectueuse de l’environnement et du bien-être animal.

C’est une filière de confiance qui limite les pesticides sur les cultures et les antibiotiques pour animaux, et qui n’utile pas d’organisme génétiquement modifié.

On reconnaît facilement les produits bio, car ils portent ces logos :

Agriculture biologique AB Agriculture biologique — logo européen

Afficher l'image d'origine

Logo européen agriculture biologique

D’autres logos sont également très intéressants mais il n’est pas toujours facile de faire le tri dans tous les labels qui existent. Pour aider les consommateurs, l’ADEME a sélectionné les meilleurs labels dans un outil dédié.

Limiter le gaspillage alimentaire chez soi

Comment faire pour limiter ce gaspillage ? Voici quelques pistes d’actions :

  • avant les courses, faire un état des stocks préalable, préparer une liste ou, pour les plus organisés, anticiper ses menus ;
  • ranger efficacement ses aliments dans les placards et le frigo, afin de voir les aliments à consommer rapidement et de surveiller les dates de péremption. Pas de laissé pour compte !
  • ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre ! Adaptez la quantité du repas pour ne pas avoir trop de reste, et si restes il y a, les garder pour le prochain repas ;
  • un fruit ou légume moche sera tout aussi bon à manger, il serait dommage de le bouder. De la même manière, de nombreuses recettes existent pour cuisiner ses restes ;
  • télécharger des applications pour aider à suivre sa consommation et à moins jeter.

Que peut-on faire d’autre ?

Nous pouvons facilement :

  • éviter les emballages inutiles et préférer la vente en vrac ;  
  • manger les produits esthétiquement imparfaits voire moches, mais bons au goût ;
  • préférer l’eau du robinet : cela limite le transport, la production d’emballage, et c’est bon pour la santé !
  • ne pas abuser des boissons sucrées, sodas et jus de fruit, qui utilisent notamment plus d’emballage et ne présentent aucun intérêt nutritionnel.

Pour en savoir plus :