Des envies d’agir mais des jeunes captés par la société de consommation

Partager

Vitrine de mannequins avec pastilles de soldes
©Artem Beliaikin/ Unsplash

Les jeunes ont plein d’ambitions pour changer le monde et sont prêts à agir, mais ont du mal à abandonner certains comportements de consommateur. Ils se disent prêts à consommer mieux, mais pas à consommer moins. Leur principal frein pour adopter une consommation plus responsable est le facteur économique. 

Les jeunes attirés par les achats malins

Les 18-24 ans restent de grands consommateurs, comme les générations précédentes, et sont attirés par des produits innovants et des achats malins (comme les soldes). Si 62% d’entre eux disent avoir fait les soldes en janvier 2019, les raisons sont souvent d’ordre économique : 7 jeunes sur 10 expriment une volonté de « faire des économies ». 

Mais la jeune génération est très influencée par les nouveautés et la mode et a du mal à se défaire des habitudes de consommation : les jeunes sont moins nombreux à acheter des vêtements écoresponsables et 19% d’entre eux ne sont pas prêt à prolonger la durée de vie de leurs biens et vêtements pour en acheter moins. Même s’ils restent fortement attirés par les produits innovants, 71% d’entre eux ont déjà acheté un produit d’occasion. 

Les jeunes adoptent volontiers les alternatives à l’achat neuf (achat d’occasion, location, emprunt, revente, troc…) pour économiser de l’argent. C’est une première étape vers la réduction de l’empreinte écologique et la consommation responsable.

Une consommation alimentaire contrainte par un petit budget.

Pour ce qui est de la consommation alimentaire, le défi principal des jeunes est d’arriver à concilier petit budget et écologie. Face à un même produit, 56% des jeunes choisissent la marque la moins chère plutôt qu’une marque écoresponsable. Ils sont déjà nombreux à avoir adopté une alimentation plus respectueuse de l’environnement en réduisant leur consommation de viande et en veillant à acheter des fruits et légumes de saison. Ils sont cependant moins nombreux que le reste de la population à appliquer ces éco-gestes.

Des déplacements quotidiens plus écologiques.

Concernant leurs déplacements quotidiens, les jeunes adultes ont des habitudes plus écologiques que leurs aînés. Ils privilégient la marche, le vélo, les transports en commun ou le covoiturage. Cette dernière pratique est très populaire chez les 18-24 ans : environ 50% utilisent le covoiturage pour de courtes ou longues distances. S’ils se déplacent de façon plus écologique dans leur vie de tous les jours, les jeunes ne sont pourtant pas prêts à faire des compromis lors de leurs voyages et à abandonner l’avion. Cette envie de parcourir le monde se reflète dans les sondages : 28 % des jeunes déclarent avoir pris l’avion au moins deux fois ou plus de durant l’année (9 points de plus que la moyenne des Français).

Les jeunes montrent beaucoup de motivation pour changer leurs habitudes, mais se sentent parfois limités dans leur impact et ne veulent être les seuls à agir.