Beaucoup trop de déchets en mer

Partager

Plage de la Barre Anglet / Surfrider Foundation Europe

Le vent, le ruissellement des eaux de pluies... transportent nos déchets vers les océans. Les déchets aquatiques sont à 100% d'origine humaine, et notamment :

  • D'abandons volontaires dans la nature de mégots de cigarettes, de papiers, d'emballages,  de sacs plastiques, etc ;
  • De la séparation inefficace des différents déchets dans les stations d'épurations. En effet, la majorité des déchets ne sont pas biodégradables. Jetés dans les toilettes, les cotons tiges peuvent parfois traverser les traitements des stations d'épuration et ainsi se retrouver en mer.

Selon une étude menée par la fondation Ellen McArthur, on estime qu'en 2050 il y aura plus de matière plastique que de poissons dans les mers et les océans.

 

Les plastiques représentent 80% des déchets

Selon le Programme des Nations Unies pour l'Environnement, les plastiques (sacs plastiques et bouteilles) sont les déchets les plus répandus.

Nous produisons chaque année dans le monde 225 millions de tonnes de plastique. C'est normal car le plastique a une place importante dans notre vie quotidienne. Nous l'utilisons dans de nombreux objets : jouets,  chaussures de sport, emballages... Il est aussi utilisé par des activités comme l'agriculture : films plastiques pour protéger les cultures qui se dégradent et se détachent en petits morceaux qui s'envolent ou se mélangent à la terre.

Sous l'effet du soleil, du sel de mer...les plastiques se décomposent lentement en petits morceaux. À ce moment là, ils peuvent alors être ingérés par les animaux.

 

De nombreux continents de déchets

Les continents de déchets sont des zones en mer où les déchets, par la force des courants marins, se regroupent. Dans le monde, on dénombre au moins 7 « continents » !

Après plusieurs années de dérive, les déchets s'agglutinent sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur. On y trouve en grande majorité des micro-plastiques degradés au fil du temps par la mer et le soleil, des soupes de paillettes plastiques sous la surface de l'eau.

Par exemple, dans le Nord-Est du Pacifique, entre la Californie et Hawaï, un de ces « continents » s'étend sur 3,5 millions de km2 soit 6 fois la France.

 

Des expéditions scientifiques constatent l'étendue de la pollution

Différentes missions scientifiques étudient ou ont étudié le problème des déchets en mer, comme l'expédition Tara Méditerranée, en 2014. Pendant 6 mois, la goélette TARA a effectué des relevés dans toute la Mer Méditerranée pour étudier l'ampleur et l'impact de la pollution micro-plastiques (des bouts de plastique de moins de 5 mm de long). Les relevés indiquaient que cette pollution était omniprésente !

Aujourd'hui, la goélette est dans le Pacifique : l'Expédition Tara Pacific, de deux ans et demi, permettra de mieux comprendre la biodiversité des récifs coralliens, à l’heure où ils subissent des bouleversements majeurs liés au changement climatique et aux activités humaines (pollution, urbanisation, …).