Comment se déplacera-t-on dans le futur ?

Partager

Vers la fin de la voiture individuelle ?

Les jeunes générations rêvent moins de posséder leur propre voiture. Ils sont utilisent plus volontiers les nouveaux services de mobilité pour se déplacer (le covoiturage mais aussi l’auto-partage, la location collaborative de voiture…), rendus bien plus accessibles grâce à Internet. Ces nouveaux services de mobilité sont en pleine croissance. On en trouve dans quasiment près de 23 000 villes françaises.

Beaucoup de villes s’organisent pour favoriser les piétons, les vélos et les transports en commun et laisser beaucoup moins de place à la voiture. La ville de Hambourg en Allemagne a même annoncé qu’elle voulait devenir une ville sans voiture en 20 ans !

L'hydrogène, une énergie prometteuse

Demain, l'hydrogène pourrait servir de carburant dans les véhicules électriques équipés de piles à combustible. Dans la pile, l'hydrogène mis au contact de l’oxygène de l'air donne de l'eau. Cette réaction chimique produit de la chaleur et de l'électricité, ce qui permet au véhicule d'avancer. Le véhicule ne rejette alors que de la vapeur d'eau. D’autres impacts doivent pourtant être pris en compte : la production d’hydrogène nécessite une importante consommation d’énergie et des camions doivent ravitailler les stations-service spécifiques pour l'hydrogène. Cette solution pourrait s’avérer pertinente pour des véhicules tels que les taxis, camions ou bus, qui roulent beaucoup et pourraient se recharger dans des stations réservées.

En savoir plus

 

PREMIÈRE LIGNE DE BUS 100 % HYDROGÈNE À BÉTHUNE

Depuis l’été 2019, six bus dotés d'une propulsion 100 % hydrogène circulent dans les environs de Béthune. Fabriqués en France, ils contiennent une cuve à hydrogène et une pile à combustible qui transforme l'hydrogène en électricité pour alimenter le moteur électrique du bus. Les bus ont ainsi une autonomie de 350 kilomètres, ne rejettent que de l’eau et font très peu de bruit. Des lignes du même type sont également prévues dans les villes de Pau et Auxerre.

Les biocarburants avancés

De nouveaux carburants d’origine végétale ou animale pourraient être plus largement utilisés : les biocarburants dits avancés utilisant par exemple des déchets agricoles ou forestiers, des déchets organiques ou bien fabriqués à partir de micro-algues ou de micro-organismes.

Des véhicules électriques intelligents

Plusieurs expérimentations sont actuellement menées à Nantes, à Vincennes, à Lyon avec de petites navettes électriques sans conducteur. Limitant la pollution en ville, connectées et autonomes, elles pourraient révolutionner les transports en commun de demain.