Du champ de coton à l'usine

Partager

Le coton est une matière naturelle végétale, c’est-à-dire que la fibre est extraite directement de la plante (la gousse). La moitié des produits textiles est en coton. Les quantités demandées par le marché étant énormes et les parasites nombreux, la culture de la plante induit beaucoup de pesticides, une forte consommation d’eau et l’utilisation d'organismes génétiquement modifiés (OGM).

Pour limiter l’impact qu’a la production de coton sur l’environnement, certains fabricants utilisent du coton bio issu du commerce équitable. Cette démarche permet à des petits producteurs des pays du Sud ou du Nord, cultivant souvent dans le respect de l’environnement, de vivre décemment de leur travail grâce à un prix d’achat de leurs récoltes garanti.

Dans la région d’Indore, au centre de l’Inde, les paysans qui produisent le coton bio sont également producteurs d’autres cultures. Ils possèdent de petites parcelles de coton : en général 2 ou 3 hectares.

Les paysans stockent leur coton dans les maisons. Certains attendent que le cours du coton remonte pour aller le vendre. D’autres ne peuvent pas attendre, et se consoleront avec la prime au coton bio, qui leur assure de meilleurs revenus.

Un petit producteur apporte une partie de sa récolte à l’usine d’égrenage. Celle-ci achète directement aux fermiers bio, sans passer par un intermédiaire.

Le producteur présente une partie de sa production au contrôleur de l’usine. Celui-ci décèle deux qualités de coton, et lui propose donc deux prix, selon le cours du marché.​