Comment combattre l’obsolescence programmée ?

Partager

0 Commentaire

On choisit autre chose

Certaines marques proposent de nouveaux smartphones ou tablettes qui sont irréparables. Dans un but uniquement marketing, leur intérêt est de nous pousser à toujours acheter leur nouveau produit, parce que :

  • nos accessoires ne sont plus compatibles (port différent, batterie non remplaçable) ;
  • nos applications ne fonctionnent plus ;
  • avec un ancien téléphone, plus personne ne reçoit nos photos, nos émoticônes, ou qu’on est ou qu’on se sent « has been »… ;
  • après une simple chute, l’écran n’est pas réparable. Qui n’a pas un ami qui utilise son smartphone avec un écran cassé ? Est-ce que c’est agréable ?

Alors, pensez, pour vous et pour lui, pour votre prochain achat, à choisir du matériel réparable en devenant un consomm’acteur !

 

 Pour cela, on peut : 

  • se demander si on a vraiment besoin d’un nouveau produit ;
  • choisir du matériel durable (des matériaux de qualité, des pièces détachées disponibles, des outils de réparation standard, des batteries remplaçables, etc.) ;
  • privilégier l’Écolabel européen ;
  • penser réemploi et réparation, comme un Français sur deux ! ;
  • acheter d’occasion ou reconditionné ;
  • louer plutôt que d’acheter, quand c’est pertinent ;
  • et résister à la tentation des publicités ! 

L’idée du jour : partage et réparation, c’est possible !

Sachez que vous pouvez toujours emmener vos téléphones, ordinateurs, consoles dans un des 6 700 lieux en France ou au sein d’un Repair café. Vous pourrez vous retrousser les manches pour changer la batterie, l’écran… qu’on pense souvent inchangeables ! 
Nous savons que réparer son smartphone, son ordinateur, sa console n’est pas la solution qui évitera l’obsolescence programmée, mais cela permet de lutter à notre échelle, ce qui n’est jamais négligeable ! 

Découvrez, en vidéo, comment lutter :

« Halte à l’obsolescence : encourageons la réparation » par

France nature environnement

On change nos habitudes

Un collant qui dure une heure, voire une minute, qu’est-ce que c’est pénible ! À peine le temps d’arriver en soirée et hop, un gros trou, souvent pile au milieu de la jambe, là où ça se voit bien. Et si on se disait :

  • tant pis je lance la mode des collants filés ;
  • l’hiver approche, alors je préfère les collants en laine, plus résistants.

Télécharger le descriptif détaillé du visuel (PDF - 38.68 Ko)  

Au-delà du collant, toute notre garde-robe est victime de l’obsolescence esthétique ! Avec une mode qui évolue de plus en plus rapidement au gré des fabricants, certains vêtements encore utilisables sont dévalués et jetés, car ils ne sont plus « à la mode ». 
Mais nous pouvons les customiser pour les remettre au goût du jour, ou les vendre et leur offrir une seconde vie, pensez-y ! 

Pour les produits high-tech, surtout les ordinateurs, on peut utiliser des tutoriels, disponibles en ligne, pour rendre nos appareils compatibles, ou bien tester les logiciels libres. 

Bref, pour chaque problème, il y a une solution, mais il faut la chercher !

On devient ambassadeur

Une fois devenu consomm’acteur, nous pouvons tous agir pour contrer l’obsolescence programmée, devenue si normale dans notre société actuelle. Comment ? Avec l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP), vous pouvez :

  • recommander un produit durable ;
  • déconseiller un produit fragile.

Pour participer, rendez-vous sur le site de l’association.

 

Focus sur : les solutions du Parlement européen

 
Certaines recommandations ont été adoptées par le Parlement européen concernant :
  • l’interdiction de l’obsolescence programmée en Europe ;
  • la facilitation des réparations grâce à la mise à disposition de pièces de substitutions ;
  • l’encouragement d’une meilleure information du consommateur.

Commentaire (0)