La liseuse pour les grands lecteurs

Pour pouvoir comparer l’empreinte écologique du livre et de la tablette, il faut prendre en compte toutes les étapes de la vie de l’objet, pas seulement le coût écologique de la fabrication du papier ou de la transmission des données.

Au final, lire un roman de 300 pages sur papier représente une empreinte carbone près de 10 fois moins importante que sa lecture sur liseuse ou tablette.

Pour que la liseuse devienne plus intéressante que le livre, il faut lire au moins 50 œuvres sur liseuse pour que chaque livre supplémentaire ait moins d’impact carbone que le format papier neuf et même davantage si l’on prend pour comparaison la lecture d’un livre d’occasion.

Le livre de poche ou d’occasion : la bonne idée

Le format « livre de poche » nécessite environ 37 % de papier en moins qu’un livre classique.

En achetant, empruntant ou revendant des livres déjà lus, vous amortissez les impacts environnementaux. Les magasins de vente de livre d’occasion sont aujourd’hui très faciles à trouver.