L'impact écologique des stations de sports d’hiver

Partager

0 Commentaire

S’adapter au changement climatique : le défi des stations de sport d’hiver

Avec le changement climatique, la neige se fait de plus en plus rare : il y a toujours des chutes de neige mais elle tient moins longtemps. Une étude suisse prévoit une diminution de 100 jours par an de l’enneigement pour les stations se situant à 1500 m d’altitude (surtout sur le début et la fin de la saison). En 100 ans, le massif des Pyrénées a perdu 85 % de la surface de ses glaciers. Pour pallier le manque de neige, de nombreux investissements ont été réalisés pour fabriquer de la neige artificielle et diversifier les activités touristiques dans les stations. Ces aménagements ne sont pas sans conséquences sur l’environnement.

Satisfaire les touristes a un lourd impact écologique

Pour rendre les stations attractives, confortables pour les touristes, et combler les éventuelles fermetures de pistes, de plus en plus de stations investissent dans des projets d’aménagement et des pistes équipées de canons à neige.

D’autres s’attaquent au modelage du relief naturel ou à la création de lacs artificiels qui leur servira de réserve d’eau pour faire fonctionner les canons à neige.

Pour satisfaire les envies des touristes, les stations diversifient les activités comme les commerces, magasins, centres commerciaux, restaurants ou les centres de soins, piscines chauffées, spas et hammams.

 



Ces pratiques ont des conséquences sur l’équilibre écologique de la montagne : consommation d’énergie importante (chauffage, éclairage, électricité…), modification du territoire et perturbation pour la biodiversité… Une réflexion émerge actuellement pour limiter les impacts de l’activité des sports d’hiver sur l’environnement et envisager l’avenir d’un tourisme plus durable en montagne.

Comment fabrique-t-on de la neige artificielle ?

Il n’y a pas de secret, il faut mélanger de l’air avec de l’eau. Les canons à neige se chargent de pulvériser de fines gouttelettes d’eau refroidie qui, une fois dans l’air, se transforment en petits grains de neige artificielle. La congélation de l’eau peut se faire entre -6 et -10 °C. Si les températures ne sont pas assez froides, alors des additifs sont ajoutés à l’eau pour favoriser le processus de congélation. Cela consomme beaucoup d’eau et d’énergie.

Commentaire (0)