La France possède la forêt la plus diversifiée d’Europe

Le climat de la France est très varié du nord au sud, de l’est à l’ouest. La géographie aussi, avec des plaines, des moyennes et des hautes montagnes. La végétation s’est adaptée à ces différentes conditions et c’est pour cela que l’on trouve des forêts très différentes d’une région à l’autre.

La forêt française a doublé depuis 1850

31 %

de l’Hexagone
est recouvert de forêts

4e

plus grande forêt en Europe derrière la Suède, la Finlande et l’Espagne

source : IGN 2023

En raison du changement climatique (hivers plus doux, périodes de sécheresse plus longues et plus fréquentes), les essences qui ont besoin de beaucoup d’eau vont décliner, comme le chêne pédonculé, le sapin pectiné ou l’épicéa. D’autres vont prendre une plus grande importance comme le chêne pubescent, le pin maritime car elles sont mieux adaptées aux conditions climatiques futures.

La moitié de la forêt française pourrait avoir changé de visage d’ici 50 ans

Office National des Forêts

Des forêts en moins bonne santé

Depuis 20 ans, la santé des forêts se dégrade.

De plus en plus d’arbres meurent

+80 %

de mortalité en dix ans

Source : inventaire forestier national (IFN) d’octobre 2023 – IGN

À cause des canicules de plus en plus fréquentes, les arbres privés d’eau et brûlés par le soleil finissent par s’affaiblir et deviennent plus vulnérables aux champignons, aux insectes et aux maladies qui se développent en raison d’hivers plus doux. Certaines essences dépérissent comme l’épicéa, le frêne, le hêtre, l’orme et plus récemment le châtaigner.

Le saviez-vous ?

Les arbres transpirent aussi !

Comme nous, les arbres ont besoin de beaucoup d’eau quand il fait chaud. En période de sécheresse, quand l’eau est moins présente dans le sol, les arbres s’adaptent en réduisant leur évapotranspiration au minimum mais ne peuvent pas la stopper totalement sinon ils meurent.

Les jeunes arbres peuvent être fragilisés par les chevreuils, les cerfs qui mangent les bourgeons, décollent l’écorce en se frottant contre le tronc. En consommant beaucoup de glands et de châtaignes, les sangliers peuvent avoir un impact sur la régénération naturelle de la forêt.

Depuis les années 1970, le nombre de cerfs, le nombre de chevreuils et de sangliers n’a cessé d’augmenter car ils n’ont plus été assez prélevés par les chasseurs et grands prédateurs (loups, lynx).

Une adaptation difficile au changement climatique

Des essences d’arbres (graines) sont en train de migrer vers le nord et de s’installer plus en altitude pour pousser sous des températures moins chaudes et bénéficier de suffisamment d’eau. Mais le changement climatique s’accélère et de nombreux arbres n’ont pas le temps de migrer suffisamment vite.

Les forestiers interviennent pour aider la régénération naturelle de la forêt. Ils plantent par exemple des essences méditerranéennes plus au nord (chêne vert, chêne liège chêne pubescent).

Protéger la forêt pour préserver le climat

Les arbres et les sols forestiers jouent un rôle essentiel dans le stockage de carbone.

Le cycle du carbone

Transcription de l’infographie « Le cycle du carbone » (PDF – 26 ko)

Lors de leur croissance, les végétaux absorbent du dioxyde de carbone (CO2), grâce à la photosynthèse et stockent ce carbone sous forme de matière organique dans leurs troncs, leurs branches, les feuilles et racines mais aussi dans les sols et la litière composées des feuilles mortes et de branchages en décomposition.

Plus le nombre de gros arbres augmentent, plus ils captent de CO2 et limitent la concentration des gaz à effet de serre.

50 %

du carbone capté dans l’atmosphère est stocké dans les sols forestiers

Depuis quelques années, la forêt capte de moins en moins de carbone car la croissance des arbres est ralentie et plus d’arbres meurent ou sont malades. Les arbres morts libèrent le carbone qu’ils ont stocké pendant leur vie. Le rôle de la forêt dans l’équilibre climatique s’affaiblit donc.

13 %

des émissions de carbone de la France absorbées par la forêt en 2015

6 %

des émissions de carbone de la France absorbées par la forêt en 2021

Pour maintenir le puits de carbone et réussir l’adaptation des forêts au changement climatique, la France s’est donné l’objectif ambitieux de renouveler 10 % de la forêt française dans les 10 ans à venir.

Protéger la forêt pour préserver la biodiversité

Maintenir des gros arbres et du bois mort en forêt permet de conserver des habitats précieux pour de nombreuses espèces. Lorsqu’ils se décomposent, le bois mort, les branches et les racines laissés sur place sont des sources d’éléments nutritifs essentiels à la croissance des arbres, à la biodiversité et au renouvellement de la forêt.

Pour aller plus loin

Infographie – Les forêts, indispensables à la vie sur terre

Cette illustration met en lumière le rôle crucial des forêts dans le maintien de l’équilibre écologique de notre planète.

Voir l’infographie

Pour aller plus loin

Article – Planter des arbres pour le climat, est-ce efficace ?

Les arbres jouent un rôle essentiel dans le cycle du carbone mais la forêt se fragilise et absorbent de moins en moins de gaz à effet de serre. Alors que faire ?

Lire l’article

Infographie – Les forêts, indispensables à la vie sur terre

Cette illustration met en lumière le rôle crucial des forêts dans le maintien de l’équilibre écologique de notre planète.

Voir l’infographie