Comment s’adapter au changement climatique ?

Partager

S’organiser pour mieux anticiper

Tempêtes, inondations, épisodes de sécheresse, montée des eaux, vagues de chaleur, incendies… Nous devons apprendre à anticiper des événements climatiques extrêmes dont la fréquence et la violence vont augmenter tout au long du XXIème siècle ! Pour y faire face, nous devons nous adapter de manière très rapide et en innovant. C’est un véritable défi dont nous sommes tous acteurs !

Le 2ème Plan National d'Adaptation au Changement Climatique (PNACC2) a été adopté en 2018. De plus en plus, les élus se préoccupent de l’enjeu climatique et adaptent leurs territoires en conséquence :

  • Pour limiter les risques de canicules en zone urbaine, où vivent 80% des Français, de nombreuses villes ont entamé leur adaptation : plan de relance pour la rénovation énergétique des bâtiments publics, choix des matériaux pour construire la ville et améliorer l’isolation des bâtiments, choix de la forme des bâtiments et de l'organisation urbaine pour réduire l’exposition au soleil, végétalisation de certaines zones...
  • Pour limiter les risques d'inondations lors d’épisodes de fortes pluies, plusieurs communes entreprennent des travaux : amélioration de la gestion des eaux de pluie, désartificialisation des sols pour les rendre de nouveau perméables et laisser ainsi l’eau s’infiltrer, végétalisation...
  • Pour limiter l'érosion du littoral et empêcher la submersion marine des zones côtières, surtout en cas de tempêtes, des régions comme la Nouvelle-Aquitaine construisent réalisent des travaux d'enrochement et  des digues le long de leurs côtes.
  • Pour mieux résister aux périodes de sécheresse et aux incendies, les régions fortement exposées comme le Sud-Est de la France étudient les quantités d’eau disponibles et les pénuries envisageables sous différents scénarios. Cela leur permet de gérer les bassins de retenue pour continuer à approvisionner les populations en eau.
  • Pour limiter la perte de biodiversité, de nombreux espaces naturels sont protégés : parcs naturels nationaux, régionaux, marins, réserves naturelles, arrêtés de protection de biotope, réseau Natura 2000… Pour compléter ces espaces, les trames vertes et bleues visent à créer des corridors écologiques pour maintenir les écosystèmes. En France, la surface totale des aires protégées représente 23,5 % du territoire national et des eaux.

Les professionnels sont, eux aussi, contraints d'adapter leurs activités pour tenir compte des évolutions du climat :

  • Les chefs d’entreprise adaptent les conditions de travail des salariés (télétravail, téléconférences) pour limiter leurs déplacements.
  • Les industriels intègrent les risques climatiques dans les chaînes d’approvisionnement.
  • Les agriculteurs adaptent leurs méthodes de production et le choix des espèces cultivées pour limiter la baisse des rendements.
  • Les forestiers choisissent des essences mieux adaptées et plus résistantes au changement climatique local pour préserver la flore.
  • Les acteurs du tourisme proposent de nouvelles activités aux touristes en raison de la baisse de l’enneigement en montagne.

Les pouvoirs publics (l'État, les conseils régionaux, les maires…) et les décideurs économiques (entreprises, industries...) jouent un rôle déterminant à l'échelle nationale et territoriale. Mais c’est aussi à chaque personne de mettre en place des actions dès maintenant, à son échelle, pour mieux vivre dans cet environnement en évolution.

Les solutions au quotidien

Nous pouvons déjà, à notre échelle, mettre en place des mesures au quotidien pour nous adapter au changement climatique !

  • Supprimer les gaspillages d’eau potable pour préserver les ressources en eau : en réparant les fuites, en installant des réducteurs de débit sur les robinets, un récupérateur d’eau de pluie dans le jardin pour arroser les plantes, et en plantant des espèces de végétaux qui résistent bien à la sécheresse et aux fortes chaleurs…
  • Désartificialiser le plus possible les sols pour laisser l’eau y pénétrer et s’évacuer plus facilement en cas de fortes pluies, afin de réduire le risque d'inondations.
  • Préparer son logement pour les épisodes de canicules : en installant des volets, une pergola ou des stores au-dessus de la terrasse, en végétalisant les abords et les toits, en isolant mieux son logement…
  • Lutter contre les vagues de chaleur : en aérant son logement le matin et le soir et en fermant stores et volets dès que le soleil pointe, en éteignant les appareils sources de chaleur, en préférant un ventilateur pour brasser l’air à un climatiseur, en arrosant ses plantes le soir...

schéma «Comment se préparer à une vague de chaleur?»

Télécharger le descriptif détaillé du schéma (PDF - 98.04 Ko)

 

Pour aller plus loin :